L'abandon, le plus souvent est à l'image d'une errance incontrôlé dans quelque sentiers au loin égaré, comme pour encore plus se perdre dans son fort intérieur pour reconstruire un socle comme support d'un départ nouveau... ou pas

La résilience est bien plus constituée d'un tissus riche d'opportunités qu'on se crée pour mieux en trouver la trame sur un désordre profond qu'on n'a pu éviter... du chaos de nos vies, utiliser la matière redevenue primale comme une ressource inique et encore plus vierge que ne l'a été l'heure initiale au premier matin des mondes... juste modéliser l'instant comme une opportunité de croissance dans la crise dévastatrice d'un temps désormais consommé...